Le message de l’art créateur d’anachronisme.

302px-Elefant.hypnero  Il était une fois, en 1499 un moine dominicain vivant à Venise du nom de Francesco Colonna. Peu de détails de son existence subsistent. Par contre, Songe De Poliphile, son oeuvre littéraire et les dessins attribués à Andrea Mantegna, qui ont été gravés sur bois par Giovanni Bellini, tous lourds de messages dissimulés, sont immortels.

L’énigme la plus connue de ce livre est l’acrostiche que forment les premières lettres de chaque chapitre : Poliam frater Franciscus Columna peramavit, qui ce traduit par : Frère Francesco Colonna a aimé Polia intensément.

« Écrit en majeur partie en langue italiennes avec des emprunts au dialecte vénitien. Mais le lexique est en majeur partie d’origine latine-qu’ils s’agisse du latin classique ou du latin des humanistes du XV siècles. Toutefois, ce lexique latin est lui-même truffé d’emprunts à la langue grecque ou semé d’éléments lexicaux originaux, créés par Colonna lui-même par préfixation ou suffixation de racines grecques ou latines. Au total, une structure mosaïque, un monument linguistique composite, qui conserve ses mystères et dans lequel il n’est pas aisé de pénétrer. »1

Les illustrations qui accompagnent le texte sont également un amalgame de différents éléments architecturaux de diverses cultures et époques.  Toutes ces inventions de Colonna ont eu un impact sur la littérature et les beaux-arts.

«Mieux encore : texte et gravures vont inspirer au cours des siècles suivants les architectes, les jardiniers et les décorateurs. Les éléphants portant un obélisque qu’on découvre sur la piazza della minerva à Rome, ou à la piazza de Catane en Sicile n’ont pas inspiré Colonna. Ils ont été inspirés par lui.»1

Il s’agit d’une étrange mise en abyme lorsqu’un récit volontairement truffé d’anachronismes confond les historiens à l’aube de l’archéologie au sujet de l’ordre dans lequel le récit et les monuments qui en sont inspirés sont apparus.

Cet anecdote m’interpelle particulièrement dans la mesure où à ma façon, je veux faire entrer en collision divers éléments de diverses époques pour envoyer un message codé dont quelques un auront la clé.

Qui sait, peut-être que certaines de mes pièces pourront perdurer à travers les époques et confondre les futurs historiens de l’art?

1 – Iconotextes, sous la direction de Alain Montandon, texte de Alain-Marie Bassy, Ophrys, Paris, 1990

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s